ACCUEIL

Trilogie d’Amour et de Paix

21 mai 2016

jesus

Ah oui, on est tous forts, vous êtes tous forts par la parole mais devant la situation, il est différent de prendre une résolution et Je suis heureux qu’il en soit ainsi par la volonté divine de Ma Mère pour que vous soyez tous unis dans cette résolution.
Ma Mère est béate, elle est sainte, elle est ce que nous ne sommes pas. Elle a vécu, elle a vu, elle a ressenti, elle a aimé et aujourd’hui, elle vous demande simplement de prier pour elle.
Quand Je dis « prier »pour elle, Ma Mère demande simplement la foi, pas la prière pour elle. Non, toute prière qui est demandée n’est liée qu’à vous, qu’à votre vie, à votre soulagement matériel, physique. Non, jamais il ne vous sera demandé de prier pour le soulagement du Père, du Fils et même du Saint-Esprit. Tout ceci est une Trilogie d’Amour et de Paix, mais jamais il ne vous est demandé au travers de cette Trilogie de demander pardon d’aimer. Non, ceci est naturel. Ceci est le fait d’un ressentiment de tous et de chacun. Soyez attentifs, écoutez bien, relatez tout ce que vous entendez, mais relatez avec la force, la vigueur de l’Amour et de la Paix. Ceci dans votre vie ne doit être qu’une chose tout à fait ordinaire. Sachez que la vie n’est qu’un mouvement, pas une gesticulation mais presque, un mouvement de la vie corporelle de chacun. Cette vie corporelle correspond à chacun. Elle est plus ou moins évidente, plus ou moins flagrante, mais elle est, humainement parlant, quelque chose de réel. Donc, il n’y a pas à parler de positivité ou négativité. Non, on ne peut parler que, d’une certaine manière, d’un élément d’évolution qui vous permet ou qui permet à chacun d’évoluer positivement, négativement d’après son ressentiment personnel. Mais ceci ne peut en aucun cas vous être révélé avant que vous ne soyez plongés dans ce domaine. Et ceci, pardonnez-Moi, ne se fera qu’au travers de la vie de chacun et peu seront au courant à l’avance de cet avenir.

.
Paroles de Jésus, 15 mai 2016

 

 

 

 

 

 

 

Je ne souffrais plus, j’aimais.

21 mai 2016

Marthe

Je ne suis jamais venue. C’est la première fois. Je suis la petite Marthe, celle qui a connu le lit. Que de bonheur j’ai eu de connaitre mon Mari dans l’infini. Que de beauté, de bonté, d’agréments de la vie j’ai dû subir avec tant de délicatesse. Seul l’homme m’a fait souffrir. Il m’a fait souffrir de son ignorance, de son peu de foi. J’aimais tant pourtant les voir sourire. Et pourtant, ils étaient là en train de me plaindre alors que j’étais dans le bonheur ineffable. Ils n’ont pas compris que le bonheur est dans la douleur, que le bonheur se fait au travers de tous les actes de la vie. C’est dans la souffrance qu’on s’approche au plus près de son Etre Bien Aimé. Je ne souffrais plus, j’aimais, et cet amour est indestructible. Je suis et je resterai parmi vous afin que la volonté divine se réalise. Vous avez toute mon attention et mes prières car vous êtes sur le chemin de la voie, et la volonté, vous êtes sur ce chemin de vérité qui permettra à l’homme de se retrouver lui-même et surtout de pouvoir se donner la main, tous, en une seule chaine, la chaine de l’amour. Soyez les bienheureux sur cette terre, Je vous accorde toute ma plénitude dans la prière, cette plénitude que Dieu m’accorde et qu’Il m’a accordée. Avec Sa volonté, je vous la transmets, je vous transmets toutes mes prières. Et ma mère m’accorde son sourire, sourire de perfection d’amour. C’est une beauté incomparable, inimaginable sur terre mais pourtant tellement réelle. Merci de m’avoir écoutée et sachez que je resterai auprès de vous et que mes prières seront adressées dans votre avenir selon la volonté divine.

Message du 14 mai 2016

 

 

 

 

Je suis Jeanne (août 2015)

24 février 2016

 

Jeanneaout15

 

Je suis Jeanne.

autocollant-la-banniere-de-jeanne-d-arc-9782372720243_0

Mais pas Jeanne la pucelle. Je suis Jeanne.

Sachez une chose, c’est que ceux qui m’ont fait tomber sont liés à l’église. La royauté me défendait !

Mais le cardinal n’a jamais voulu me laisser parler, je n’avais pas droit de paroles, et comme l’église était prépondérante dans le royaume, c’est elle qui a décidé de mon avenir.

Et ils ont joué avec mon corps, ils ont joué avec mon esprit, mais ils n’ont jamais réussi à me faire avouer quoi que ce soit. Je ne suis pas une sainte. J’ai simplement respectée ce que je pensais des idées que j’avais. Ma sainteté vient d’histoires qui ont été faites par la suite. Et je n’étais que la chevalière par l’ordre de DIEU pour bouter l’anglais hors de la frontière, hors de l’Aquitaine.

Il faut savoir que beaucoup d’histoires, beaucoup de récits, d’anecdotes ont été faites à mon sujet, mais peu ressemblent à la vérité. Je me suis fait prendre dans l’assaut d’une forteresse.

Je reviens ………… excusez-moi ……

 

Vous croyez connaitre l’histoire. Vous avez eu une explication avec Jeanne d’Arc. Qui n’a pas été jugée mais qui a été brûlée littéralement avec une autre forme de procès que la mort.

 

Je voulais vous parler d’un relèvement de la France car la France est le pays choisi par Ma Mère.

Une inondation que la France attend pour délabrement, Ma Mère fera toujours obstruction à toutes éventualités de son droit, c’est-à-dire qu’elle n’admettra aucune redditions à quelques droits que ce soit.

Soyez fiers d’être Français. Vous êtes l’âme née dans la Nouvelle Jérusalem. Ceux qui versent leurs larmes pour Marie ou pour autrui sont les éléments qui feront évoluer la France de demain. Ceux qui souriront et qui avanceront seront ceux qui amèneront l’évolution de la France dans l’Amour et la Paix.

N’ayez crainte à quelque niveau que ce soit, vous êtes tous protégés.

 

 

 

 

 

 

 

Message de St Paul

24 février 2016

stpaul-1Vous me connaissez comme marchant itinérant, non vendeur mais sportivement marchant. Je me plais au travers de la nature, au travers des bienfaits que Dieu a apportés à tout être sur cette terre et qui vous permet en chaque jour de pouvoir nous éveiller aux chants d’oiseaux, aux rayons du soleil, qui nous permet aussi d’écouter le bruissement du vent dans les arbres, qui nous permet aussi de suivre le courant de l’eau dans un clapotement discret. Cette mélodie de l’eau qui suit son courant nous éveille à la contemplation. Cette contemplation qui n’est en fin de compte que le reflet de la bonté divine. Cette nature si évolutive, si surprenante, si magnifique est un don de Dieu pour nous. Prenez le temps de marcher, prenez le temps d’écouter et quand vous aurez fait cause commune avec la nature, alors oui, vous pourrez comprendre tous ceux qui sont au bord du chemin, qui sont laissés là. Ceux-là, oui, vous devrez les aider, les soutenir, les relever, leur apporter la paix, leur montrer le chemin et les guider afin qu’ainsi ils puissent aussi, eux, soutenir, guider, profiter de l’enseignement, profiter de la connaissance, profiter de la féérie de toute chose. Cette nature si étrange, cette nature si belle, si flamboyante et pourtant si cruelle, si ténébreuse. Le destin de cette nature, c’est le destin que l’homme en a voulu. Toute chose est prévisible en harmonie avec Dieu et en harmonie avec tous les bienfaits qu’Il a mis sur cette terre et devant nous. Soyez en osmose avec la nature et vous verrez que c’est une amie très chère, très profonde et très enseignante. Elle vous permettra de connaitre, elle vous permettra d’évoluer avec légèreté et assurance sans avoir peur, sans vous retourner «de peur que…», mais toujours le sourire aux lèvres et le bâton pour avancer encore plus loin, plus profondément jusqu’au point de non-retour dans la connaissance. Cette connaissance est celle que vous devez aller chercher en chaque jour en chaque occasion. J’ai fait ce chemin, nus pieds, débraillé, mais tellement heureux. J’ai connu tant d’êtres pauvres, malheureux et pourtant ayant tellement de possibilités d’ouverture de compréhension, d’envie de connaitre et d’aider. Ne laissez plus tous ces gens au bord de la route. L’ignorance est un sacrilège. On ne peut ignorer autrui. Sans autrui vous n’êtes rien. Mais par contre vous pouvez faire d’autrui quelqu’un. Poursuivez ce chemin, nous vous accorderons toute notre complicité et notre amour.

21 février 2016

24 février 2016
Il Santo Padre Pio

Il Santo Padre Pio

Vous me connaissez sous le nom de Padre. Je viens aujourd’hui à vous car le temps est pour vous de démarrer avec efficacité et témérité ce chemin qui doit vous mener à la victoire, cette victoire d’Amour et de Paix qui doit être engendrée en tous les peuples. Vous devez, à partir de ce jour, vous lancer, seuls et tous, dans ce combat d’amour et de paix. Ne vous laissez point intimider par des mots, des paroles ou des signes. Ne vous laissez surtout pas dominer, nul ne peut vous dominer. Même Dieu en Son Nom n’ose porter ce mot à votre intention. Il ne domine pas. Il vous demande simplement votre appui et votre aide. Seul le malin se permet de dominer mais son règne a une fin. Cette fin arrive car le Fils de Dieu dans son retour Flamboyant va renvoyer aux ténèbres cet odieux, cette immonde créature qui perpétue le mal et enseigne toute l’hostilité aux peuples de cette terre. Le Fils Eternel, dans Sa très grande compréhension, m’a fait part de Son désir de ne plus accepter aucune rébellion de qui que ce soit, et en ce point il ne saurait baisser le bras pour temporiser les choses. Non, au contraire, Il lèvera son bras de justice afin que le monde comprenne qu’Il est, qu’Il était, qu’Il restera unique. Donc à tous ceux qui sont en conflit et avec Dieu le Père et Son Fils, il ne sera fait aucun égard. Le pardon vous l’avez eu à votre baptême. Ce pardon du péché originel vous a été transmis par ce sacrement et dans votre grande liberté que Dieu vous a octroyée, vous aviez le choix du chemin. Chacun choisit en son esprit, en sa rigueur intérieure, en sa cupidité, en son bon vouloir, en son atrocité, en son amour. Mais le Fils de Dieu ne pardonnera point. Il sera fait justice, justice Divine, non comparable à la justice humaine qui n’est que sauvagerie, qui n’est que principe de valorisation de personnage, qui n’est pas une justice d’homme, qui n’est qu’une justice d’intérêt, une justice de proportion de richesse et d’amalgame de pouvoir, en essayant de retrouver une renaissance pour un nouveau monde, un nouveau monde de destruction et de malveillance. Non, Le Fils ne permettra point et alors l’orage n’est que le bruit d’un pétard dans la nuit. L’orage que vous allez subir sera l’orage du dénouement, celui où toute créature sera confrontée en Son Dieu, ou il pourra demander pardon, ou il pourra poursuivre ses méfaits sans aucune compassion ni amour. Ce jour vient à grand pas car le monde est dans le tréfonds de ses entrailles. La lave coule, bouillonne et elle ne cherche qu’une fissure pour ébouillanter ce monde et assouvir le peuple au désir du malin. Ceci étant dit, vous savez maintenant pour votre avenir qu’il est temps de choisir, qu’il est temps de prendre vos responsabilités et de marcher droit, de marcher, de prendre la canne du pèlerin. Ne soyez pas tant hâtifs d’être les premiers. Partez à votre rythme, vous arriverez et vous ne serez classés ni déclassés. Vous serez arrivés. C’est un point final, un point de non-retour. Je vous laisse en d’autres mains.

 

 

 

 

Ste Blandine

30 septembre 2015

Blandine

J’ai vu les lions en face. J’ai vu la mort en face. J’étais dans l’Amour de Dieu. Je savais que je ne souffrirai pas. Aujourd’hui je peux vous dire que la Force de Dieu m’a permis de ne point souffrir et de partir dans l’allégresse. Je suis Sainte Blandine. Je n’aime pas le mot sainte, ce n’est qu’un mot terrestre qui ne donne pas vraiment la réalité des choses. Je suis Blandine, tout simplement, j’ai vu des choses immondes. On m’a mise à l’épreuve, mais aujourd’hui on vous met vous à l’épreuve, mais une épreuve tout à fait spirituelle, tout à fait dans la prière. Dans cette épreuve, vous pouvez l’absorber très rapidement. Il faut développer tous vos contacts. Il faut prier, prier, prier. Vous réussirez en toutes choses, en tous lieux, personne ne peut vous barrer la route. Vous êtes la suite de la Volonté Divine de Marie, et son Fils accompagne tous vos gestes et toutes vos ouvertures dans la vie actuelle. Il ne faut plus vous arrêter. Il faut avancer, continuer, continuer le tour de France. C’est une chose primordiale. Il faut aussi maintenant vous rapprocher au plus près de l’Eglise afin d’avoir l’accord, d’être reconnus au moins, non comme une secte, mais comme un groupe de prières. Ceci sera délicat et difficile mais vous avez des prêtres qui vous soutiennent, qui pourront apporter foi en votre travail.

 

Message du 20 septembre 2015

 

 

St Vincent de Paul

30 septembre 2015

VIncent-eye-mouth

On m’appelle le petit Paul, je suis heureux d’être avec vous aujourd’hui. Et là je vous demande, moi, je vais être plus catégorique, je vous demande d’avancer, je vous demande de parler autour de vous, je vous demande de vous « booster » un mot qui vous appartient qu’on ne connaissait pas. Mais ce mot doit vous faire avancer pour permettre l’ouverture de cette maison. Cette maison est le lien principal, à l’heure actuelle, entre Marie, tous les saints, Dieu le Père, L’Esprit Saint et Son Fils. Nous arrivons à l’échéance maintenant il faut que tout homme, tout être humain réagisse. Prenez mon chemin, mon chemin n’était délétère, il n’était pas, il n’était pas richissime, au contraire, et j’ai eu tellement de preuves d’Amour et de Paix. Aujourd’hui, je vous demande de prendre ce même chemin et on vous aidera on vous apportera l’écu pour avancer et pour, surtout, ouvrir cette maison qui est le cœur même de Marie. Son Cœur est à Ardouane. Elle offre la chapelle à son Fils. Le cœur de Marie est à Ardouane. Sachez que ce lieu n’est pas un lieu anodin et c’est pour ça qu’il faut que tout le monde se mette au travail. Je vous remercie de m’avoir écouté. J’ai été souvent attaqué, mais j’ai souvent aimé, j’ai aimé les fidèles, j’ai aimé toute la vie qui était autour de moi. J’ai apporté ce que je pouvais apporter de mieux en moi-même mais ce n’était pas assez, ce n’était pas suffisant. Aujourd’hui, je suis là pour vous aider, pour mettre en relation le Ciel et la Terre pour permettre l’ouverture de cette maison. Tous les saints, tous les saints, il y en a autour de moi Sainte Bénédicte, Saint François d’Assise, Saint Jean Bosco, ils sont tous autour de moi. Ils me demandent de vous dire que vous avez l’approbation. Ardouane n’est pas une erreur, n’est pas un faux prétexte, n’est pas des vues comme vous dites, des vues mentales de « guerrillero ». Non, c’est une réalité et le messager est bien un vrai messager, il faut l’écouter, il faut aller de l’avant. Je suis, vous savez, j’ai fait nombres de chemins, de routes, on m’appelait le petit Paul, du moins c’est moi qui m’appelle ainsi, j’ai vu tellement de choses, tellement de merveilles en ce monde, merveilles de Dieu. Qu’aujourd’hui les mêmes merveilles évoluent, sortent de la terre : c’est Ardouane, cette maison qui sera sanctifiée, qui est déjà sanctifiée mais qui va permettre d’ouvrir d’autres maisons, qui va permettre de sécuriser beaucoup de gens malades, en état de vieillesse avancée, mais même des enfants qui sont en difficulté. Tout ceci va évoluer. Il faut avancer, il faut que chacun participe à cette évolution et nous, nous prions en chaque instant car notre travail n’est que de prier afin que se réalise la volonté de Marie, la volonté de Dieu. Je vous remercie de m’avoir écouté.

 

Message du 20 septembre 2015

 

 

Ste Thérèse

30 septembre 2015

therese_debout_dans_le_preau_-_17_mars_1896Vous me connaissez sous le nom de Sainte Thérèse. Je vous transmets l’odeur de roses. Je suis là aussi pour qu’évolue la maison de Marie, notre Mère à tous. Elle vous demande de l’aider, soyez charitables. Nous sommes là, nous, à vous aider tout le temps que vous puissiez prendre le bon chemin et faire que l’ouverture de cette maison soit faite. Je vous aime tous et je remercie Marie d’avoir pu vous parler.

 

Message du 20 septembre 2015

 

 

 

 

20 septembre 2015

30 septembre 2015

PioJe suis le Padre. Vous me connaissez de longue date et je viens à vous, aujourd’hui, afin que vous confirmiez votre foi en la parole de la Mère Eternelle et surtout en la mission qui est donnée à la maison d’Ardouane. Je vous accorde toujours mon écoute et je réponds toujours aux questions qui me sont posées. Mais je vous demande aujourd’hui, vous, de répondre à ce que je vous demande, c’est-à-dire, il faut faire l’ouverture de la maison de Marie. C’est à vous que je le demande et à tous ceux que je verrai au fur et à mesure. Je vous remercie de m’avoir écouté.

 

 

Ste Jeanne d’Arc

30 mai 2015

Citation Jeanne d'Arc