ACCUEIL

22 avril 2015

15 mai 2015

St curé d'Ars

Je suis le prêtre d’Ars, celui que vous appelez le curé d’Ars. J’ai vécu et sanctifié la Parole de Jésus. Ma vie a été accommodée de surprises. Le malin a cherché à me déstabiliser, mais n’a pu en ce fait aboutir à ses fins. Je suis respectueux de votre foi, de votre énergie. Mais à dire, cette énergie n’est pas développée à 100%. Appelez-moi, appelez tous les saints et vous verrez qu’on vous donnera l’énergie pour avancer et faire éclater la vérité d’Amour et de Paix. Mes enfants, je suis heureux et comme les enfants que j’avais à l’époque en communion, ou en groupe de prière, je fais un rapprochement avec vous. Vous êtes comme ces enfants qui sont à la recherche de la vérité, de l’Amour et de la Paix, et vous êtes aussi réceptifs qu’eux, mais certaines fois inattentionnés, ce qui vous perturbe un peu. Soyez logiques avec vous-mêmes. Demandez à notre mère Marie, au Fils Eternel de vous accorder Sa puissance et Sa gloire afin que vous puissiez avancer hors des ténèbres sous un ciel bleu, sans nuage. Mes enfants, je vous laisse et j’accorde mes prières à votre évolution.

 

 

 

21 avril 2015 (Lourdes)

15 mai 2015

Saint-Vincent-de-Paul

Mes frères et sœurs, je vous demande d’avancer avec rigidité, avec force et une foi inébranlable. Vous l’avez, il vous manque une union parfaite entre vous afin de ponctuer votre chemin de bienfaits et de réussites. J’ai commencé mon chemin tout petit. Mon trajet m’a amené très loin sans avoir jamais rien demandé, seulement d’avoir offert ma vie. J’ai offert, j’ai offert pour Dieu, en Son Nom j’ai offert, j’ai transmis ma force d’amour, ma force physique. On m’appelait le petit Paul. J’aimais bien ce nom. Je ne suis pas digne de ma sanctification, j’ai commis beaucoup d’erreurs. Mais nombre de personnes sont à même de venir vous aider, et je fais partie d’eux. Sœur Thérèse est avec nous, Sainte Bernadette est avec nous, Marthe Robin est avec nous, le prêtre, curé d’Ars est avec nous et ainsi de suite. Tout le monde est à l’écoute dans votre avancée, dans votre travail de foi, d’Amour et de Paix.

 

 

 

 

 

21 avril 2015 (Lourdes)

15 mai 2015

Mes frères et sœurs, il y a très longtemps que je ne suis point venue vous voir. Je suis Mlle Cadènes. Je viens à votre secours et je viens vous apporter toute ma force d’amour, car vous êtes sur le bon chemin et que vous allez réussir. Je suis très heureuse de vous voir ainsi réunis, de retrouver tant de connaissances que je suis régulièrement. Je vous aime, comme amis, frères et sœurs. Je suis obligée de vous laisser, quelqu’un d’autre vient.

 

 

15 janvier 2013

24 janvier 2013

Rappelez-vous mon soutien terrestre, celui apporté à ce jour est multiplié à l’extrême pour vous suivre et vous soutenir. Je suis animée d’une très forte prière à l’encontre de (pour) votre mission. Allez vite sur le continent noir.

 

 

Deuil

14 septembre 2011

La mère de Roger Emanuel a rejoint le père en ce jour de fête de la Sainte Croix.

Nos pensées et nos prières l’accompagnent ainsi que les siens.

15 mai 2011

18 mai 2011

Mes Frères, je viens en deux ou trois paroles vous exprimer que Mon Sacrifice sans regret pour ce monde est la sauvegarde de ceux qui M’aiment, et de ceux qui aiment la Trinité et Ma Mère. Je vous accorde aussi tout Mon Amour de Frère. Je ne vous apporte pas la peur ni l’angoisse, bien au contraire. Je veux qu’au travers de vos prières vous pensiez fortement que Ma Mère aimante comme toutes les mères qui sont autour de vous savent ce qu’est préserver, sauvegarder son enfant. Alors, elle vous sauvegardera au travers des péripéties de la terre. Des visions vous seront données, et déjà ont été données. Elles vous seront données au fur et à mesure. Mes Frères, je vous demande la prière, mais surtout priez Ma Mère. (Vision : A l’heure actuelle, Marie écarte son manteau. Elle est située au dessus de sa Maison, le manteau bleu grand écarté. Elle enveloppe toute la Maison. C’est son lieu, rien ni personne ne lui enlèvera.) Mes Frères Je vous bénis : « Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen. » Retenez de tout ceci qu’il n’y a qu’Amour et Paix et que vous êtes liés à votre Père, à votre Frère, à votre Mère par l’Amour et la Paix. Mes enfants, Je vous accompagne, mes Frères Je vous quitte.


15 mai 2011

18 mai 2011

Mes Fils, Je ne suis guère présent à côté de vous par la parole, mais tellement présent par le soutien. Vous qui associez mon Fils aux prières, alors aujourd’hui associez sa Mère, associez la Trinité, car l’ouvrage qui fut Ma Volonté, est ouvrage négligé par l’homme lui-même. Vous êtes tous chair de Ma chair. Pour qu’une plage soit, il faut les grains de sable et Je Suis car vous êtes particules de Moi-Même. Soyez-en dignes. Faites allégeance à l’Amour et à la Paix, car Mon bras ne bouge plus et ne bougera plus. L’homme fait sa destruction, il doit faire sa reconstruction. Mes enfants, mes fils je vous bénis : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. »

15 mai 2011

18 mai 2011

Message reçu durant le Rosaire de l’après-midi

Encore une fois, je viens guerroyer à vos côtés afin que l’emblème du lys de la France soit le lys de la blancheur, de la pureté des cœurs des français. Mes frères et sœurs, suivez ma bannière. La France est au roi, le roi est à Dieu. Le chemin sera rude, la prière inévitable en tous lieux. Suivez ma bannière. Et pour toute précision pour votre histoire, je n’ai jamais été la pucelle, je ne suis que Jeanne de Domrémi. Je suis au devant de vous et je vous prie de me suivre. Et je prie en chaque jour que la victoire de Dieu fasse éclater la lumière du soleil sur le monde entier. Les sous de votre bourse ne sont que ferraille, même les chevaux n’osent même plus les piétiner. C’est le cœur en avant, le courage associé qui vous fera vaincre de l’ignominie des hommes entre eux. Marie aime la France, aimez Marie. Merci.

.

15 mai 2011 (au matin)

18 mai 2011

L’étendard franc est souillé de l’allégeance des régnants du Royaume de France  au commerce. A force de guerroyer pour l’argent et la dote du pouvoir, vous avez mis ma bannière en lambeau. L’acte franc est de venir au devant de l’autel et un genou en terre supplier les bonnes grâces de la Mère éternelle et la grande Miséricorde de Dieu. La Terre va s’emplir de boue couleur de sang. Les montagnes tomberont et les vagues de 25 à 30 mètres de haut noieront les rivages. Quelques coudées du pays intérieur et des rives de la mer seront protégées par la Mère divine. Je viens vous rappeler que nous sommes tous vassal de notre Dieu. Le Roi détrôné reviendra un jour après des nuits et des jours de violence de la terre et des hommes. Aujourd’hui encore, je viens sauver la France, pays chéri de la Mère des hommes afin que son étendard brille à jamais dans le cœur des hommes.

Je suis Jeanne et je prie pour vous.

 

15 août 2010

21 août 2010

Mes enfants, je pourrais dire mes frères et sœurs, je vais encore faire remonter certaines critiques.  Vous savez, comme je dis à chaque fois, on m’appelait le petit père. Aujourd’hui, je trouve que vous manquez d’énergie, vous manquez de foi en vous-mêmes,  vous avez peur de cet avenir, mais cet avenir était pareil à mon époque, qu’avez-vous fait depuis ? Je vous demande simplement si la prière, c’est l’amour avec autrui. Allez, il faut donner à autrui. La bourse, elle est pleine chez vous et elle est vide à côté, alors donnez votre bourse et vous verrez que le Seigneur rendra cette bourse multipliée par dix, par cent ! Le savez-vous ça ? Que cette bourse matérielle ne correspond à rien, elle n’est qu’une excuse dans votre vie, elle n’est qu’un passage, elle n’apporte rien à rien, cette bourse n’existe pas, il n’y a que votre cœur. Cette référence à votre cœur envers autrui, cette largesse envers autrui, oui là, vous êtes enfants de Dieu, enfants de Dieu. Et le chemin n’est pas aussi long que vous croyez. Chacun met des embûches devant ses pieds, alors appelez-moi, je ferai sauter ces embûches autant que je le pourrai, mais soyez fermes dans votre cœur, fermes dans votre foi et si vous allez au devant d’autrui, allez-y jusqu’au bout. Laissez votre bourse, laissez-la et vous comprendrez. Merci.